L’architecture actuelle, est-elle dominée par le courant de l’alter-modernisme industriel ?

27 septembre 2018by Didier GauërArchitecture et inspirations1

e831b5092df1063ecd0b420cee4a439ee06ae3d01ab9114795f2c47e_1920-1200x800.jpg
Assimilation surreal people men waiting street order sky clouds row fantasy black and white mystery dream assimilation assimilation assimilation assimilation surreal surreal surreal surreal surreal men waiting order order order order order fantasyL’architecture, comme tout domaine de l’activité humaine, oscille entre deux dangers :
  • l’ordre et le désordre,
  • l’imitation et le rejet du passé,
  • la technophilie et la résistance au changement.

L’architecture actuelle présente deux tendances :

  1. La notion de l’identité et de l’histoire locale tente à s’effacer au profit de la géographie vaste, mondiale, conduisant aussi au goût universel.
  2. Les acteurs ont la propension à brandir le drapeau de l’architecture augmentée grâce à la technologie nouvelle.
    Comme une gamme obligatoire, de peur de passer pour un fossile, mais souvent aussi sans exercer leur esprit critique.

Nous sommes entrés dans l’époque d’un courant architectural qu’on pourrait appeler « l’alter-modernisme industriel ». Il est visible dans la construction à travers la planète.

La mondialisation et les nouvelles technologies ont partout des visages multiples, lorsqu’on observe leurs impacts dans l’architecture.
  1. architecture actuelleElles peuvent apporter l’uniformisation et la standardisation par le bas.
    A l’instar du fonctionnalisme dans les années 50, happé par les impératifs économiques industriels.
    Nous sommes en présence de ce phénomène, par exemple, dans la rapidité et le ‘style’ avec laquelle la Chine construisit ses nouvelles villes depuis 2-3 décennies.
  2. Inversement, la ramification mondiale des échanges a produit aussi une variété inépuisable de nouvelles inspirations.
    Les rencontres culturelles entre les pays sont en train d’être digérées et les référents culturels sont enrichis par de nouvelles dimensions.
  3. La nouvelle technologie commence à induire également de nouveaux usages.
    Elle enrichira nos espaces de vie au niveau de la construction d’un bâtiment comme au niveau urbanistique. Selon les contextes, elle conduira aussi à des effets négatifs.
La question qu’il convient de se poser est donc : comment échapper à l’uniformisation des goûts et bien gérer l’impact de la technologie de rupture ?

Cette question n’est pas propre à l’architecture, elle concerne tout secteur d’activité humaine.
Partout, les hommes essaient d’échapper au difficile et angoissant chemin de l’innovation par le réveil du passé. Cela dit, aussi bien en politique, qu’en création artistique.
L’architecture n’échappe pas à ces éternelles recommencements et à la recherche d’un nouveau récit.

Pour citer quelques classiques, nous sommes donc en présence des ‘solutions’ qui remplacent le vide de la réflexion et de la conception:
  • Victorian house, building, architecturele vernaculaire et le pseudo bancal ;
  • le postiche du passé, le vintage industriel ;
  • le nihilisme et le rejet en bloc, révolutionnaire déconstructiviste,
  • le modernisme fonctionnel standardisé et commercial,
  • l’architecture spectacle pour le divertissement de masse,
  • les styles néo-tech industriels technophiles, etc.

Il est compliqué de rechercher de nouvelles pistes, en d’autres termes innover, dans tout secteur de l’activité humaine. Que ce soit le design, l’architecture, la politique ou encore la mode vestimentaire.

Ce qui semble fondamental est de comprendre vers quoi nous souhaitons nous diriger.
Cela revient à se poser d’abord la question de sens.

Par exemple, dans quel sens nous allons orienter les nouveaux moyens technologiques, dont nous disposons?

Apiary, bee, beehiveDans notre métier de l’architecte, il faut ainsi revenir à la question initiale, pourquoi nous bâtissons ?

Uniquement pour s’abriter, se protéger et organiser de façon efficace nos espaces communs ? Evidemment, ce ne sont pas les seuls objectifs à observer au début du 21 ème siècle.
Mêmes certains animaux ajoutent des fonctionnalités plus sophistiquées !

Il faut se rappeler que la transcendance qui a permit de passer de la construction à l’architecture. Or, la capacité de transcendance est une qualité humaine.

Nous construisons évidemment pour se préserver, mais aussi pour s’offrir des services, abriter nos besoins sociaux (justice, prison, éducation, santé), se rencontrer, consommer, mieux vivre, améliorer le vivre-ensemble, laisser une trace, se ressourcer, s’amuser, pour communiquer, créer et avoir des relations sociales variées.

L’architecture se vit.

Architecture, house, 3dEt à ce titre elle peut inviter à mieux vivre et à stimuler nos sens, à élever les hommes de la fonction quotidienne.
Elle peut, par exemple, stimuler leur santé et leurs capacités créatrices.
Ou, inversement, elle peut simplement enfermer des individus dans un cocon protecteur infantilisant.

Une cité cartésienne tirée d’une utopie techno-orwellienne, organisée en “bulles” qui ne se mélangent pas.

Souvenir de ma smart-city : Villes des jardins

zahradni mestoVingt ans de ma vie se déroula dans un pays communiste. Quelques années, nous habitions avec mes parents dans une « cage à lapin » de la cité moderne, nommée Ville des jardins.
J’ai vu et vécu la triste réalité d’une ville fonctionnaliste, 100% dédiée à une vision matérialiste de l’habitat.

Nous habitions une sorte de smart city de première génération. Pensée par un cerveau centralisateur, avec sans doute pleines de bonnes intentions.
La ville a été pensée “top down”, avec une logique fonctionnelle clairement lisible.
La zone d’enseignement côtoyait le centre dédié à la santé et un peu plus loin se dressaient des tours pour le sommeil. Le chemin pour se balader à notre gauche et pour aller travailler, il fallait tourner à droite.

Des espaces de partage, des équipements collectifs pour laver le linge étaient bien prévus, ainsi que des terrains de jeux pour les enfants par tranche d’âge.
Avant l’arrivée des technologie numériques, la surveillance Big Brother de notre bonheur citadin a été confiée à des humains.

Le résultat fut un espace de vie sans âme, sans rythme, sans surprise, en somme, très inhumain.

C’est sans doute la raison qui me rend méfiant envers les projets de construction d’une ville nouvelle, pilotée par un cerveau intelligent centralisé.
Surtout si le projet est confiée à une seule entreprise de taille mondiale, dont l’ADN est la technologie et ambition holistique (pour ne pas dire monopolistique).

Woman, face, thoughts

La révolution numérique et l’architecture actuelle.

L’architecture a évidemment une fonction sociale et à ce titre elle configure les espaces de vie.

La révolution numérique apporte de nouveaux usages et services. Et sans aucun doute, il faut adopter les possibilités qu’offre la technologie dans notre métier d’architecte. Ces possibilités doivent être explorées. Cela ne signifie pas non plus de se rendre complice d’une technophilie naïve.

La conception architecturale devra intégrer des nouvelles influences fonctionnelles, programmatiques, sociales, durable et géographiques.

Mais, sans oublier qu’il faut aussi démultiplier les sensations, et ceci à l’échelle de l’homme.

Que signifie la notion revenir à l’échelle de l’homme ?

Person human child girl dress hat summer away stroll along wood fence fence floor wood stock along strip sound childhood out nature portrait child child dress summer summer summer summer summer fence childhoodIl est certain que l’architecture aurait besoin d’ échapper à cette monotonie répétitive, le style international standardisé.

Mais inversement, cela ne signifie pas de créer une architecture iconique. Ces ‘monuments’  qui vue du ciel ressemblent à des objets spectaculaires posés au sol, hors contexte.
Lorsque nous parlons des émotions, des sensations que doit procurer l’architecture actuelle, la voie de la facilité est de produire une succession d’émotions digne d’un parc d’attraction !
(Voir notre article sur la folie mondiale des constructions muséales.)
Le véritable défi de l’architecture réside sans doute dans sa capacité à revenir à l’échelle de la perception humaine, mais de façon délicate, au quotidien.

Il faudra intégrer 4 nouvelles exigences dans nos projets :
  1. Faire surgir des émotions et surprendre.
  2. Intégrer la nature et faciliter une consommation sobre et respectueuse de l’environnement.
  3. S’adresser à l’intelligence de tous nos sens, puisant dans les inspirations d’un espace élargi, multi-culturel et interconnecté.
  4. Inspirer de nombreux usages nouveaux, en s’appuyant sur la technologie numérique.
Vitruve
La triade vitruvienne pourait être sans doute adaptée à notre époque :
(https://fr.wikipedia.org/wiki/Vitruve)

Utilitas (utilité), au 21ème siècle, intégrera les technologies intelligentes pour rendre plus agiles nos cités. Afin, d’intégrer les besoins de mobilité, d’adaptabilité et d’échanges plus fréquents des populations.

Firmitas (solidité) doit intégrer tous les enjeux écologiques et les futures évolutions climatiques. Il sera indispensable de mieux anticiper le vieillissement et les cycles de vie des matériaux. De même mieux intégrer la résistance au catastrophes naturelles et prendre en considération les problèmes climatiques.

Venustas (beauté) : La beauté est sans doute l’éléments où s’exprime la culture locale et la capacité de transcendance, la liberté, la sensibilité et le talent du créateur. Essayons d’y ajouter une nouvelle dimension plus interactive et plus empathique.

Qui va être le commanditaire de l’architecture de demain ? Qui va évaluer les aspects esthétiques?

Monitor, binary, binary systemL’industrie tire toujours naturellement l’architecture vers la standardisation.
Si les nouveaux leaders des cités sont des exploitants de données informatiques, comment vont-ils discerner le rôle de l’architecture ?

La technologie, dans la quête d’un ordre programmable et sans faille n’aime pas le hasard. Ni les tensions par la contradiction, la modulation des rythmes et de l’intensité.  En d’autres termes, cette part d’imprévisible qui est souvent au cœur d’une bonne architecture.
Celle, qui opérant un va et vient entre les valeurs directrices, oscille entre plusieurs pôles. Jamais répétitive, elle n’annihile pas la valeur culturelle ou la particularité d’un espace.
C’est une architecture qui ne nous privera pas de l’humanité.

L’architecte n’est pas qu’un manipulateur de formes ou un programmateur de fonctions pour les usages.

C’est un créateur des espaces uniques de vie pour les hommes.
L’architecture ne devrait pas devenir une marchandise standardisée au goût universel.
Cela ne signifie pas non plus de tomber dans une autosatisfaction narcissique de créateur d’une œuvre singulière, dépourvue de toute logique utilitaire.
L’architecture reste un art appliqué.

L’architecture doit pouvoir manier le concret et l’abstrait, le réel et le virtuel, la nature, l’environnement et la contrainte économique du monde devenu urbain.

Elle a le pouvoir de procurer à l’homme des émotions en réfléchissant sur la perception de nos cinq sens, à notre relation à l’espace et au corps.

Architecture modern building facade skyscraper geometric window düsseldorf office building low angle shot mirroring building building building building buildingLe goût de la forme visuelle et le dédain du contexte ont trop souvent dominé l’architecture des dernières décennies.

La mondialisation a contribué à la diffusion d’une architecture semblable et déconnectée de la culture et du contexte local.
La généralisation des logiciels informatiques en architecture a permis de concevoir et de visualiser les espaces plus complexes. A ce titre, il est bien facile d’éviter de nombreuses erreurs techniques de conception.
Mais, cela n’ajouta pas forcément à la créativité et n’offre pas plus de l’humanité sans effort et sans réflexion.

La communication mondiale autour des réalisations spectaculaires a permis de diffuser les images et donc la connaissance rapidement.
Mais, elle a favorisé aussi trop souvent une architecture d’imitation sans talent et sans l’ancrage dans le contexte et l’environnement naturel local.

Or, ce n’est pas la forme de l’objet extérieur qui au fond compte le plus.

Composing, monkey, womanCe qui compte avant tout, c’est l’espace, le “vide” qu’on va habiter. Et elle le conçoit dans un contexte précis climatique, géologique, historique. Dans ce qu’il autorise comme l’interaction avec l’environnement et comme l’usage pour l’homme.
De même, l’architecture n’est pas une apologie de la victoire de la technologie sur la nature.

Ce n’est pas un savoir-faire pour dominer la nature et l’environnement.

Une époque de mutation de paradigme amène toujours l’architecture à changer, disloquer certains concepts.

Dans un monde où la donnés et la connaissance représentent le pouvoir de demain, l’architecture ne pourra pas s’en désintéresser.
Mais, elle ne devra pas être une simple métaphore de ce nouveau pouvoir.

Nous prenons dans ce monde accéléré la conscience de notre existence réelle avec de plus en plus de difficulté.
Nous rendons tout abstrait, y compris notre relation avec la nature.

Sense, question, anatomyL’architecture est très ancrée dans la réalité, car la réalisation finale de l’architecture se vit au quotidien. Ce n’est pas un sujet d’observation, ni une œuvre réalisé que pour la contemplation.
Il convient donc de se demander, si le rôle principal de l’architecture actuelle, ne résidait pas dans sa prédisposition à rétablir notre contact avec la nature.
Et sans ambiguïté, de nous redonner la sensation pleine d’exister. Cela signifie aussi  d’accueillir une dose d’imprévisibilité.

Notons ici une certaine contradiction avec la volonté de la technologie de tout contrôler et de tout prévoir.
C’est même une réfutation d’une logique prédictive et analytique, au cœur des logiques de la ville augmentée.

Un  petit exemple pour étayer cette réflexion.

Un espace qui « ne sert à rien » peut parfois avoir une fonction fondamentale. Cela peut être un intervalle spatial tout aussi important, qu’un intervalle en musique.

Tadao Ando donne l’exemple d’un tel espace ‘inutile’, lorsqu’il évoque un couloir dans le temple d’Argent Ginkaku-ji. Son unique rôle est spirituel. Ce qui compte pour les moines, c’est de le suivre, il n’a pourtant aucune fonction utilitaire particulière.

Kid, soap bubbles, childC’est loin du credo de la Smart city, vue par la filiale de Google et des analyses quantitatives de big data.
Ce qui est utile et inutile, rentable et lucratif ou superfétatoire, logique ou irrationnel, ne peut pas être vu simplement au travers l’analyse rigoureuse des flux de données.

Ce raisonnement pourrait nous priver de l’essentiel : de la sensation aiguë de notre existence.

Didier Gauër

Architecte DPLG depuis 1986 et fondateur de l'agence d'architecture Zebrand’co, Didier est spécialisé en architecture des établissements d'enseignement supérieur. Sa passion : concevoir des environnements et espaces pour favoriser le bien-être des étudiants et l'innovation pédagogique des enseignants. Education#Architecture.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *