Avons-nous fait le plein de musées ces 30 dernières années ?

8 août 2018by HanaArchitecture et inspirations3

OPENING.png

La dialectique architecturale du pouvoir au 21ème siècle : du solide vers du fluide

Brown concrete brick wall

Des siècles durant, l’exercice des pouvoirs (politique, financier, militaire, religieux) s’est inscrit dans l’architecture solide. On peut dire gravée dans la pierre ou érigée en brique.
Les architectures étaient l’expression symbolique des puissances militaires ou de la richesse intellectuelle et artistique.
D’une façade à une autre, le discours évocateur était accompli est inscrit dans la pierre, la brique et plus tard dans du béton.

 

Le pouvoir actuel s’inscrit dans les échanges, la maîtrise des réseaux et des flux de données.
Le pouvoir s’exerce au travers  la communication, les mass-médias, la toile, les réseaux et l’énergie.
L’architecture représente ces nouveaux territoires et expressions de la puissance.
Elle érige les nouveaux temples de la communication culturelle, commerciale et sportive.

 

Great Court interior

La civilisation des loisirs et du spectacle se reflète ainsi dans des tendances de grands projets autour  des « trois M », les musées, les médiathèques et la musique.

L’architecte érige aussi les nouveaux sanctuaire des Dieux de stades avec les arénas et des stades olympiques géants.
Lorsque l’Etat ou des grande métropole de commandent pas, ce sont des donateurs privés et surtout des fondations qui financent ces projets ambitieux.

La contribution des Fondations privées et d’entreprises à l’architecture symbolique

Depuis les 30 dernières années, les plus grands projets architecturaux ont été liés à ces domaines symboliques de la puissance géo-politique (appelée aussi parfois le soft-power).
Les investissements sont ceux des pays et de leurs gouvernements, des administrations des régions et des Cités riches.
Mais également,ce sont également ceux des Fondations privées et des fondations d’entreprises. Ces dernières aussi pour sanctuariser les budgets en bénéficiant des avantages fiscaux.

En France, c’est la loi du 23 juillet 1987 sur le mécénat qui fait entrer les fondations dans le champ législatif.
Et l’histoire s’accélère en 1990, lorsque plusieurs textes  viennent préciser le régime et les prérogatives des fondations. La loi du 4 juillet 1990 crée les fondations d’entreprises et institutionnalise les fondations abritées en modifiant les dispositions de la loi du 23 juillet 1987.

 

Loin des vieux musées poussiéreux de nos enfances, ces bâtissent rivalisent dans la créativité et certains ont atteint de statut d’icône d’architecture :
  • La minimaliste Fondation Cartier de Jean Nouvel à Paris;
  • la fondation Caixa de Herzog&de Meuron de Madrid;
  • le vaisseau de la Fondation Louis Vuitton de Gehry
  • ou encore les projets d’Ando pour la Fondation Pinault à Venise et à Paris.
Citons encore les Fondations plus anciennes:
  • la Fondation Ménil à Houston (87), les trois réalisées par Renzo Piano.
  • la Fondation Mies-Van-der-Rohe à Barcelone;
  • la fondation de Joseph Miro avec Lluis Sert;
  • sans oublier le précurseur, la Fondation Maeght de Saint Paul de Vence de 1964.
  • La Fondation Paul-Klee en Suisse et la Fondation Beyeler de 1997 à Bâle.

les musées du monde

Avons-nous fait le plein de musées ces 30 dernières années ?

Assurément, ce n’est pas le cas.  Les grands projets continuent un peu partout, mais probablement les moyens financiers majeurs se sont déplacés vers les monarchies pétrolières et vers l’Asie, en particulier vers la Chine.
De New York à Sydney, la « planète des musées » ne cesse de s’étoffer. Une débauche d’excentricité, de tous les goûts pour rivaliser.

Pour en savoir plus, lisez notre articles sur les grands musées du monde spectaculaires, déjà sortis de terre ou en projet : ici.

Lire également : Architecture spectaculaire à l’ère de la globalisation

Voir aussi notre sélection d’mages sur les architectures spectaculaires dans le domaine de musées du monde et notre portfolio de projets.

Et au cas où : voici un guide intéressant qui recense les fondation françaises et donne les adresses et les types de projets accompagnés (presque rien en architecture).
Et si on regarde sur le site du centre français des fonds et fondations CfF, il n’ y a même pas une catégorie destiné à cet art majeur qui est l’architecture.
Mais, si l’univers des Fondations et de la philanthropie mondiale vous intéresse, c’est une site intéressant à regarder. CfF donne entre autre l’accès à de nombreuses études internationales sur le sujet en général.

Et voilà notre tableau d’inspiration Pintrest : les images des musées du monde

Hana

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *