Une classe calme est-elle une classe attentive ?

5 avril 2019by Hanaenseignement supérieurERPpetite enfance0

L’architecture et l’aménagement de l’espace peuvent-ils contribuer à l’amélioration de l’attention des étudiants et élèves?

Une question absurde ? Et pourtant, la réponse est oui.

Toutes les enseignantes et tous les enseignants veulent voir leurs étudiants plus engagés.
Le bureau d’innovation de Steelcase nous a ouvert accès à des sources intéressantes de recherche sur les questions d’attention dans l’environnement scolaire et universitaire.

  1. La moitié à peine des lycéens se disent intéressés par l’école.
  2. Le niveau d’implication subi une chute régulière entre le début du collège et la fin du secondaire.

Il est donc primordial d’accorder un peu d’attention, justement, au sujet d’ATTENTION. C’est également l’objectif  de l’apprentissage actif.

L’attention en classe est fluctuante

Souvent  il a été dit que la durée moyenne d’attention est de 15 minutes. Toutefois, cette affirmation n’en correspond pas aux mesures scientifiques. Le déclin de l’attention commence 30 secondes à peine après le début du cours. Ensuite, d’autres baisses d’attention se produisent entre la quatrième et cinquième minutes et, puis à nouveau la septième et la neuvième. En réalité, l’attention est fluctuante et les baisses sont de plus en plus fréquentes à mesure que que le cours progresse. La période maximale d’attention d’élèves ne dépasse pas 45 minutes.

Alors que faire pour capter l’attention ?

Voilà les 7 concepts qui facilitent la captation d’attention.

  1. L’attention est fluctuante en fonction du contenu, de sa pertinence et de la façon dont l’environnement stimule ou non la concentration et la capacité individuelle de l’apprenant. C’est donc sur le dernier point, la stimulation par l’environnement, où nous avons un rôle à jouer.
  2. L’apprentissage actif comparé aux cours magistraux favorise l’attention.
  3. Le changement capte l’attention. Car, notre cerveau est attiré par la nouveauté. A titre d’exemple, l’attention maximale des étudiants est observée lorsque le professeur diffuse une vidéo, corrige un test, introduit une nouvelle information…crée une rupture.
    16-0014247
    16-0077098
    17-0082419
    null
    17-0089427
  4. La plupart des enseignants associent encore l’immobilité à une plus grande concentration et continuent à contraindre les élèves à rester assis. Ils oublient que simplement le fait de leur permettre de quitter le siège oxygène et apporte au cerveau le changement, dont il a besoin. Le mouvement permet de retrouver la concentration et renforce la capacité d’attention.
  5. L’emplacement a un impact sur l’attention (les étudiants situés au fond de la classe sont plus facilement distraits). Une salle d’apprentissage comportant plusieurs ‘scènes’, de nombreuses options d’affichage et des assisses mobiles permet à chacun d’avoir ‘une bonne place’ . En d’autres termes, la classe doit permettre de changer de posture, de position et d’organisation de l’espace.
  6. Les étudiants ont besoin à la fois d’éliminer les sources de distraction comme pouvoir les accueillir. Par exemple, selon qu’ils rédigent un exposé ou cherchent inspiration créative. De ce fait, il faut éliminer des installations inappropriées comme une mauvaise acoustique, une faible insonorisation, un éclairage insuffisant et des assises qui perturbent l’afflux sanguin. Mais, les distractions d’intensité moyenne peuvent aussi stimuler les activités créatives.
  7. Le rythme naturel est celui de l’alternance de période de concentration et de distraction modérée. En outre, le cerveau n’est pas une machine à penser linéaire. Par conséquence, il faut des espaces adaptés aux différentes phases : concentration et interaction, travail individuel et collectif, socialisation et repos.

Comment l’espace bien conçu peut-il aider à améliorer l’attention, l’engagement et les résultats des étudiants ?

L’agence Zebrandco s’intéresse  depuis une dizaine d’année aux tendances en matière d’espaces d’apprentissage actif et nous nous nourrissons régulièrement des recherches publiées par des tiers qui observent les enseignants au travail et testent des principes d’aménagement.

Des espaces doivent être conçus pour le corps comme pour le cerveau.

Il est certain que les méthodes d’apprentissage actives nécessitent qu’on donne l’importance non seulement à la pédagogie, mais aussi aux moyens technologiques et à l’espace.

En synthèse :
  • Plus de choix des espaces et le contrôle de ‘aménagement favorise l’engagement.
  • Le mouvement a des avantages, donc privilégiez les mobiliers modulables.
  • Offrez aux étudiants des espaces qui permettent à la fois la concentration et l’attention diffuse.
  • Il faut des espaces pour toutes les phases d’apprentissage.
  • La classe n’est qu’une petite partie de l’expérience d’apprentissage.
  • Il faut des espaces pour se concentrer, collaborer et être créatif.
  • Il faut pouvoir choisir l’environnement selon le besoin et le rythme de la journée.
  • Offrez des salles avec plusieurs scènes, options d’affichage diverses sans négliger les tableaux blancs et les assises mobiles et variées.

 

Nous allons aborder dans les prochaines publications les notions comme LearnLab,  la gestion des espaces de transition, les nouveaux Learning center, le Workcafé et l’aménagement des classes et amphithéâtres pour un enseignement moderne.

Hana

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *