BIM comme Building Information Management, la révolution numérique dans l’architecture

30 mars 2018by HanaERP0

shutterstock_1716885441-1200x800.jpg

BIMWORLD Paris 2018, l’architecture à l’ère numérique

Que doit -on retenir sur la manifestation BIMWold de cette année ?

Une foule qui se presse sur les stands et des activités de service qui se développent rapidement autour de BIM. Un petit rappel, BIM comme Building Information Management est en quelque sorte la révolution numérique adaptée au monde de l’architecture et de la construction.

Nous avons observé sur le salon le développement de nombreuses sociétés de service autour de BIM. Principalement autour de la formation/intégration du BIM en architecture et la gestion des aspects collaboratifs du BIM.

Formation et intégration BIM : Tout d’abord, les sociétés qui aident les agences d’architecture à l’intégrer le BIM dans leurs pratiques. Un exemple : CSTB. Sans aucun doute, il y a encore de nombreuses agences d’architecture qui ne sont pas passées au BIM encore en 2018.


Plate-forme collaborative BIM :

Person holding pencil near laptop computer

La seconde catégorie des sociétés de service autour du BIM est constituée des plateformes collaboratives. Il s’agit d’outils qui permettent de mieux gérer les données numériques et le workflow.

Le but est de permettre à tous les intervenants sur un projet de construction de travailler dans un « CDE ». Le CDE, comme « Common Data Environnement », en français un « Environnement de Données Commun ». Plus concrètement, il s’agit de consolider les maquettes numériques des différents intervenants de la plate-forme de partage. ce qui permet de bien gérer la publication, l’annotation et la validation.

Et ceci en disposant d’une traçabilité complète du projet. Les architectes, les bureaux de structure, MEP et les entreprises travaillent en même temps sur plateau technique commun. Ils partagent la dernière version de la maquette numérique.

Le « BIM manager » vérifie la structure de la maquette et synchronise la dernière version validée. Ce sont donc des processus de workflow qui permettent de valider la compatibilité des évolutions au fur et à mesure. Après l’étape de vérification, il est possible de publier et d’archiver. Un exemple, la plate-forme de mezzoteam ou encore de BIMData.io.

Notre cabinet travaille de cette façon avec nos partenaires sur le suivi de chantier régulièrement.


Portails de contenu BIM :

La troisième catégorie des services concerne le contenu, en d’autres termes, les bibliothèques d’objets BIM. Les portails de BIMobject mettent à disposition des agences d’architecture des milliers d’objets. Le modèle économique repose sur leur collaboration avec les fabricants.

Ces objets BIM sont évidemment des objets intelligents incluant la numérisation et les données descriptives enrichies. Chaque objet possède non seulement les données de géométrie, mais aussi les propriétés techniques, environnementales.

Ou encore inclut les performances énergétiques. C’est de cette façon que la maquette BIM se transforme en projet numérique intelligent. Et permet de simuler le véritable fonctionnement de la construction dans son environnement.

Puis, une fois e projet réalisé, il permettra  de mieux piloter  la maintenance ou l’obsolescence des objets constitutifs. Tout en tenant compte des données liées à la durée de vie des composantes.


VR/VA et compatibilité IFC :
P

Il est évident également que l’utilisation des contenus numériques prend une nouvelle dimension avec la réalité virtuelle VR et la réalité augmentée AR. Un exemple : le plug-in de rendu en temps réel comme Enscape (real time rendering plugin).

Ce plugin permet de  faire des rendus en temps réel, de créer des vidéos ou d’utiliser des lunettes 3D pour vous offrir les visites guidées en réalité virtuelle. Après une première expérience avec Octane, nous avons adopté Enscape pour nos présentation en VR.

Enscape est bien mieux intégré au Revit. (voir l’article sur le sujet VR Architecture) Et finalement, nous devons citer les solutions qui assurent la compatibilité des échanges IFC entre partenaires qui n’ont pas toujours la même solution BIM. Il s’agit d’outils de contrôle de qualité de data comme Solibri Model checker, Solibri Model Viewer et IFC optimizer.

Hana

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *